Source : TRANS UNION LLC

Un rebond du crédit dans les régions pétrolières canadiennes

TransUnion observe une diminution des niveaux de défaut de paiement en Alberta et en Saskatchewan.

TORONTO, 13 juin 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- Dans son dernier rapport sur les données du secteur canadien, TransUnion (NYSE: TRU) a constaté qu’avec l’évolution positive des conditions économiques et la reprise continue du cours du pétrole, les régions productrices de pétrole, comme l’Alberta et la Saskatchewan, commencent à enregistrer des améliorations importantes dans leur marché du crédit à la consommation respectif.

L’amélioration du crédit vient presque quatre ans après le début de la chute du cours du pétrole qui a frappé ces provinces vers la fin 2014. La faiblesse du cours du pétrole a fortement nui aux économies locales, très dépendantes du secteur de l’énergie. En conséquence, durant l’été 2015, TransUnion a publié un rapport prévoyant une hausse des défauts de paiement pour les produits de crédit plus rapide dans ces régions que dans le reste du pays.

Les défauts de paiement ont en effet augmenté en Alberta et en Saskatchewan. Toutefois, le premier trimestre 2018 pourrait changer la donne. Historiquement, les taux de défaut ont toujours enregistré leur plus forte baisse annuelle lors du premier trimestre, et ce depuis 2015. TransUnion a constaté que les taux de défaut important des crédits à la consommation (90 jours de retard ou plus) ont chuté de 15 points de base en Alberta, et de 39 points de base en Saskatchewan.

Symptômes d’une reprise : baisse des défauts de paiement dans les provinces pétrolières

Taux de défaut de crédit à la consommation
de 90 jours ou plus

CanadaAlbertaSaskatchewan
T1 20185.43 %6.50 %6.54 %
T1 20175.71 %6.65 %6.93 %
T1 20165.70 %6.39 %6.53 %
T1 20155.79 %6.15 %6.26 %


« Nous pourrions assister à une reprise de la consommation dans les régions productrices de pétrole de l’ouest du Canada.  Cela fait plusieurs trimestres que les conditions économiques s’améliorent et que le chômage diminue dans l’ensemble du pays, » déclare Matt Fabian, directeur de la recherche et de l’analyse de TransUnion Canada. « Ce sont là d’excellentes nouvelles pour les populations d’Alberta et de Saskatchewan, qui ont le plus souffert du récent crash pétrolier. »

Lors du premier trimestre 2014, le cours du pétrole a atteint 100 $ (pétrole brut WTI en dollars américains, selon l’agence d’information sur l’énergie américaine) avant de dévisser jusqu’à 48 $ au premier trimestre 2015, et même 35 $ un an plus tard.  Le cours est cependant reparti à la hausse et a atteint 63 $ au premier trimestre 2018. Parallèlement, depuis quelques années, les données en matière d’emploi s’améliorent en Alberta et Saskatchewan. En Alberta, le taux de chômage continue de diminuer et est passé de 7,9 % au premier trimestre 2017 à 6,3 % un an plus tard. En Saskatchewan, cette baisse est plus timide : de 6,0 % à 5,8 % pour la même période (Statistique Canada, CANSIM, tableaux 282-0002 et 282-0022).

TransUnion a également constaté que les consommateurs de ces régions réduisent leur exposition à la dette. Le montant moyen de la dette non hypothécaire par consommateur en Alberta et en Saskatchewan a augmenté entre le premier trimestre 2017 et 2018 (respectivement de +1,9 % et +2,5 %), mais à un rythme moins soutenu que la moyenne nationale. Celle-ci a gagné +4,5 %, pour une dette moyenne de 29 181 $ par consommateur. « En temps de crise, les dettes des produits tels que les cartes de crédit enregistrent généralement des hausses plus importantes, car les consommateurs ont davantage recours au crédit pour boucler leur budget. Il est donc très encourageant de voir que l’utilisation du crédit s’accroît moins vite dans les provinces pétrolières que dans le reste du pays, » explique Matt Fabian.

Les niveaux de dette augmentent, mais à un rythme moins soutenu dans les régions pétrolières

Montant moyen de la dette
non hypothécaire par
consommateur
CanadaAlbertaSaskatchewan
T1 201829,181 $37,075 $31,453 $
T1 201727,923 $36,358 $30,688$
T1 201627,047$35,824$30,079$
T1 201526,192$35,261$29,200$
T1 201425,730$35,340$28,709$


Relance du marché hypothécaire

Malgré les nouvelles règles d’admissibilité des hypothèques entrées en vigueur en janvier 2018, TransUnion a observé une baisse des volumes d’émission de crédit lors du quatrième trimestre 2017. Les émissions de crédit sont analysées avec un trimestre de décalage, afin de tenir compte des retards de déclaration. Les volumes des émissions de prêts hypothécaires ont chuté de 8,8 % entre le quatrième trimestre 2017 et le quatrième trimestre 2018.

« Nous avons observé un ralentissement des émissions de crédit dans l’ensemble du pays, à l’exception de la Colombie-Britannique. Les montants de ces prêts ont continué à augmenter à l’échelle nationale, » précise Matt Fabian. « Cette évolution soulève plusieurs questions. Les consommateurs font-ils preuve de prudence à l’égard des nouvelles règles d’admissibilité qui sont récemment entrées en vigueur ? Attendent-ils de voir leurs répercussions sur les prix de l’immobilier ?  Certains experts pensaient que les consommateurs se précipiteraient pour acheter des maisons avant que les nouvelles règles n’entrent en vigueur, afin de bénéficier de montants de prêt plus élevés. Cependant, ce scénario ne s’est pas vérifié. TransUnion va continuer à observer attentivement le marché hypothécaire pendant les trimestres à venir, afin d’évaluer l’impact des nouvelles règles. »

Les émissions hypothécaires au Canada ont atteint en moyenne 284 000 $ au quatrième trimestre 2017, soit une hausse de 3,5 % par rapport à l’année précédente.

Le dernier rapport de TransUnion identifie également plusieurs tendances démographiques intéressantes sur les émissions de prêts hypothécaires. Ainsi, les montants des hypothèques pour la génération d’avant-guerre/silencieuse ont augmenté de 7,8 %, tandis que ceux de la génération Y ont chuté de 19,5 %.  « Cette divergence laisse entrevoir deux phénomènes très différents. Les personnes plus âgées utilisent possiblement la valeur de leur résidence à diverses fins financières, tandis que la génération Y ne peut pas se permettre d’acheter des logements onéreux, et se contente de vivre dans des maisons peu coûteuses, » rajoute Matt Fabian.

Les défauts hypothécaires importants (60 jours de retard ou plus) demeurent faibles et stables et sont caractérisés par une faible volatilité depuis les deux dernières années.  Les défauts hypothécaires importants concernent 0,5 % des prêts, soit une diminution de sept points de base entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2017.  À la fin du premier trimestre 2018, le montant des défauts hypothécaires importants représentait 0,2 % des montants hypothécaires, soit une baisse de cinq points de base par rapport à l’année précédente.  « Nous continuerons à observer ces tendances pour étudier l’impact de la récente augmentation des taux d’intérêt. Néanmoins, nous ne nous attendons pas à des répercussions importantes sur les hypothèques, » avoue Matt Fabian. 

Un début d’année 2018 encourageant

Le premier trimestre 2018 a été caractérisé par d’excellentes performances dans la plupart des régions canadiennes. Le nombre de consommateurs ayant accès au crédit a augmenté de 1,2 % en un an, et représentait à la fin du premier trimestre 2018 28,6 millions de Canadiens. Le taux de défaut de 90 jours ou plus des crédits à la consommation a également chuté de 28 points de base en un an, jusqu’à atteindre 5,4 % pour la même période. Le nombre de comptes faisant l’objet d’un premier recouvrement a également diminué de 21 % entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2017. Il ne représente plus que 700 000 comptes.

D’après la base de données nationale de TransUnion sur le crédit à la consommation, le niveau de risque global des consommateurs canadiens s’est amélioré au premier trimestre 2018. 68 % des consommateurs sont désormais considérés de qualité « Prime » (Préférentiel) ou d’une qualité supérieure, soit une augmentation de 2,2 % par rapport à l’année dernière. Le segment « Super Prime » (Ultra-préférentiel, soit le taux le plus faible) est le segment qui s’est le plus développé, avec une augmentation de 76 points de base. À l’inverse, la proportion de consommateurs « Subprime » (à risque) a perdu 36 points de base par rapport aux chiffres de l’année dernière.

« Nous observons d’excellents résultats pour le crédit à la consommation par rapport à l’année dernière, mais un impact relativement limité en raison du contexte de hausse des taux d’intérêt. Nous allons continuons à surveiller cette conjoncture, » a confié Matt Fabian.

Vue d’ensemble des défauts de paiement, de la dette et du crédit des consommateurs canadiens au premier trimestre 2018

 Montant moyenÉvolution annuelle
(%)
Taux de
défaut important*
Variation
annuelle en
points de base (pb)
Cartes de crédit$3,970+2.7%3.2%-5
Prêts à tempérament$31,175+10.7%4.1%+14
Prêts automobiles$20,786+3.5%1.7%-12
Lignes de crédit$35,764+1.3%1.1%-11
Prêts hypothécaires$257,814+4.9%0.5%-8

*Les défauts importants correspondent à un retard de paiement de 60 jours ou plus pour tous les produits de crédit, à l’exception des cartes de crédit (90 jours ou plus).

Pour en savoir plus sur le rapport sur les données du secteur canadien de TransUnion pour le premier trimestre 2018, cliquez ici.  Visitez notre site Web pour obtenir des renseignements supplémentaires sur un ensemble de produits de crédit.  Veuillez visiter le site Web d’inscription pour participer au webinaire sur les données du secteur de TransUnion pour le premier trimestre 2018, qui aura lieu le 14 juin.

À propos du rapport sur les données du secteur canadien de TransUnion Le rapport sur les données du secteur canadien de TransUnion est un dossier complet couvrant l’ensemble de la population canadienne. Chaque trimestre, il offre des statistiques sur la base de données nationale de TransUnion sur le crédit à la consommation. La quasi-totalité des dossiers de crédit actifs de cette base de données est agrégée afin de fournir ces chiffres. Chaque fichier contient des centaines de variables de crédit qui illustrent l’utilisation de crédit des consommateurs et les performances associées. À l’aide du rapport sur les données du secteur, les institutions des différents secteurs économiques peuvent étudier la dynamique des différents marchés sur l’ensemble d’un cycle commercial, afin de mieux comprendre le comportement des consommateurs au fil du temps ainsi que les particularités des différentes régions géographiques canadiennes. Les entreprises peuvent consulter plus de détails sur ces analyses et s’abonner au rapport sur les données du secteur sur le site http://www.transunioninsights.ca/IIR/.

À propos de TransUnion (NYSE:TRU)
L’information est un instrument puissant. Chez TransUnion, nous en sommes parfaitement conscients. Nous nous engageons à fournir des renseignements de façon innovante afin qu’ils puissent être utilisés par chacun pour prendre des décisions éclairées. Nous contribuons à la découverte de tendances, de données et d’histoires uniques derrière chaque point de donnée. Cela permet à un ensemble de marchés et d’entreprise de mieux gérer leurs risques, mais également aux consommateurs de contrôler leur crédit, leurs renseignements personnels et leur identité. Aujourd’hui, TransUnion communique auprès de consommateurs et d’entreprises dans plus de 30 pays, sur cinq continents. Basée à Burlington, dans l’Ontario, TransUnion Canada propose des services locaux et son soutien à travers le Canada. Grâce à la puissance de l’information, TransUnion s’emploie à bâtir des économies et des familles plus robustes et des collectivités plus sûres dans le monde entier. Nous appelons ce concept l’information pour le bien. Visitez le site www.transunion.ca pour savoir plus

Contact          Dave Blumberg
                       TransUnion

Courriel            dblumbe@transunion.com

Téléphone      312-972-6646